Billet d'humeur - Severine Loureiro - RH - Employee Advocacy

Le gagnant-gagnant de l’Employee Advocacy

Séverine Loureiro Billet d'humeur Leave a Comment

Les programmes d’ambassadeurs (Employee Advocacy) sont-ils de la manipulation ?
Alors que je déambulais dans la vie en général, et dans le conseil en Expérience Collaborateur en particulier, on m’a posé cette question à laquelle je ne m’attendais absolument pas 😳

La première fois, c’était à la fin d’une conférence, alors que le micro passait dans le public pour les questions, un spectateur a introduit la sienne sur la marque employeur en associant employee advocacy et manipulation, comme ça, en passant. La deuxième fois c’était dans un événement de networking RH, où la discussion d’un petit groupe qui se passait les petits fours s’est engagée sur le sujet. La troisième fois c’était lors d’un atelier que j’animais pour des responsables SIRH de grands groupes. Devant l’occurence de la question sur un temps assez court, j’en conclue qu’il y a vraiment un sujet… 😳-bis
Même si je serais tentée de répondre juste : “Non ce n’est pas de la manipulation”, par honnêteté intellectuelle je vais creuser un peu ma réflexion.

Une précision pour commencer, dans les programmes d’ambassadeurs, les ambassadeurs en question gardent la possibilité d’exprimer ce qu’ils veulent (encore heureux) et/ou de ne pas relayer ce qu’on leur soumet comme actualité ou info interne. Ce serait “un petit peu” infantilisant pour eux que de penser le contraire. Bien entendu, je parle là d’un contexte sain, où les ambassadeurs seraient volontaires. D’ailleurs, je trouve que les programmes qui encouragent (et accompagnent si besoin) les collaborateurs à prendre la parole sur les réseaux sociaux pour parler de leur(s) expertise(s), sont bien plus efficaces que ceux où l’on se contente de pousser du contenu corporate pour être relayé. Selon moi, une entreprise rayonne d’abord par ses compétences internes.De ce point de vue là, de façon très pragmatique, les ambassadeurs ont pas mal à gagner niveau visibilité, personal branding, exposition de leur expertise, développement de compétences en communication (et notamment sur les réseaux), etc. Si j’étais en entreprise je ne me sentirais pas “manipulée” d’être dans un programme d’ambassadeurs, je me sentirais plutôt valorisée par cette mise en avant.

Enfin, l’employee advocacy ne peut réussir sans un pré-requis fondamental : que les collaborateurs aient envie de parler positivement de leur boîte ! C’est évident ? Je suis d’accord, mais alors s’ils ont envie d’en parler positivement, que leur expérience interne leur plaît suffisamment pour qu’ils en fassent la “pub”, qu’ils sont assez fiers de leur entreprise et de leur mission pour le propager, alors pourquoi la suspicion de manipulation ?

Qui considère les programmes d’ambassadeurs comme une “corporate force task”, s’est peut-être éloigné de ces bases du concept.
De mon côté, je vois un dispositif gagnant-gagnant pour la Marque Employeur notamment, qui devra nécessiter un peu de pédagogie interne sans doute, et qui doit surtout s’appuyer sur une expérience perçue positivement par les collaborateurs si l’on veut qu’ils aient envie d’en parler 💁🏻 !

Signature-Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.